jeudi 19 avril 2018

Bernard Langlois, co-fondateur du magazine Politis et les clichés antisémites


Source: The Times of Israel


L'affaire n'a pas fait grand bruit. Sur Twitter, un ex-journaliste de renom assimile Emmanuel Macron, la banque Rothschild et Israël pour expliquer les frappes françaises en Syrie
«Avez-vous jamais pensé qu’un ex-banquier de chez Rothschild puisse être en désaccord avec Washington et Tel-Aviv?»
Le tweet, posté au lendemain des frappes anglo-américano-françaises en Syrie du 13 avril est signé Bernard Langlois, 72 ans.

Bernard Langlois est un journaliste au long cours: il commence sa carrière en 1963 puis passe de l’ORTF, au Matin de Paris, devient présentateur du JT sur Antenne 2, etc…

En 1988, il co-fonde la revue anti-libérale Politis, sur le site de laquelle il écrit des chroniques jusqu’à l’automne 2016. Un de ses dernières billets tentait alors d’expliquer comment le candidat d’alors Emmanuel Macron, roulait sans doute pour la réélection de François Hollande.

Bernard Langlois connaît le sens des mots, et leur impact. Le cocktail Rothschild-finance internationale, l’alignement supposé de la France sur la position des Etats-Unis et d’Israël du fait que Macron a travaillé pour la banque Rothshild peut dire plusieurs choses: une critique boiteuse du monde libéral reprenant les poncifs de la propagande antisémite, une provocation destinée à faire du bruit autour de cet ancien journaliste, ou l’expression simple d’un tropisme anti-juif.  (...)
«Qu’y a-t-il de choquant à dire que la finance internationale a partie liée avec la politique étasunienne, elle-même soutien sans faille de l’État d’Israël? écrit-il dans un nouveau message au simplisme géopolitique déroutant. Si Dieudonné dit la même chose, il a raison».

Lire l'article complet @ Times of Israel

mercredi 18 avril 2018

Françoise Giroud: "Cette Shoah qui ne passe pas" (2002)


Françoise Giroud (1916-2003), journaliste, écrivaine et femme politique française:
"Je crois que l'ensemble des peuples chrétiens n'a jamais avalé la Shoah. Que sa révélation, relativement tardive, son ampleur, sa méticulosité hallucinantes et avant tout le caractère d'anéantissement systématique et gratuit d'un peuple entier ont causé un choc beaucoup plus profond qu'on ne le croît. Non par sympathie particulière pour les victimes mais parce que "la solution finale" a obligé le plus étourdi à découvrir que l'homme était peut-être intrinsèquement mauvais, et Dieu intrinsèquement distrait.

L'humanité a connu d'autres exterminations, certes, mais non comparables. On a exterminé des ennemis, des adversaires, des guerriers, les occupants d'un territoire à conquérir. Les Français, pour ne parler que d'eux, ont exterminé les protestants, torturé les Algériens; les Américains ont massacré les Indiens; les Soviétiques ont massacré tous azimuts; la liste n'est pas limitative. Mais jamais l'homme n'avait exterminé méthodiquement d'autres hommes sans raison, par caprice en quelque sorte - et par millions.

Je crois que cette révélation du mal vivant au coeur d'hommes européens élevés depuis plusieurs générations dans la foi chrétienne et se dévergondant sans entrave a été intolérable, insupportable, suffocante. C'est à mes yeux la raison pour laquelle ceux qu'on appelle les négationnistes nient contre toute évidence la réalité de la Shoah. En bonne logique, dans la mesure où ils se déclarent ouvertement ennemis déclarés des juifs, ils auraient dû se féliciter d'en voir disparaître autant d'un seul coup et mettre cet acte d'hygiène à l'actif du national-socialisme. Mais ceux qui nient ne supportent pas mieux que d'autres que cela ait été.

Et bien que les années passent, chacun porte avec ennui, avec irritation parfois, sa petite part de culpabilité dans la plus remarquable extermination de l'histoire parce qu'elle était sans objet. Parce que ce n'est pas le ixième malheur des juifs qu'elle a révélé mais ce dont l'homme contemporain policé, cultivé, éduqué, est capable, donc nous-mêmes. "Chaque fois qu'on a tué un juif pendant la guerre, a pu dire un moraliste, c'est Jésus que nous avons tué, le premier d'entre eux"."

Un extrait de l'article de Françoise Giroud (paru dans Le Monde du 13 juin 2002) a été repris par l'hebdomadaire belge Pan dans un article intitulé Israël et nous, cette Shoah qui ne passe pas (13 avril 2018).

Berlin: Un adolescent juif portant la kippa agressé et insulté "Yahudi" (video)


The Times of Israel:
A kippah-wearing Jewish teenager was reportedly hospitalized in recent days after being assaulted in Berlin by a Muslim man in an apparent anti-Semitic attack.

A video of the incident, which was posted to Facebook and shared by a Jewish advocacy group, shows an apparently Muslim attacker whipping the teen with his belt while calling out, “Yahudi,” or “Jew” in Arabic, before he is stopped by a passerby.

The incident took place at the Helmholtzplatz, a public park in the Prenzlauer Berg part of Berlin. 

lire l'article complet ainsi que l'interview de la victime, Adam Armush.



mardi 17 avril 2018

Certains imams belges sont subventionnés afin de rappeler chaque vendredi que les Juifs sont des singes


Sophie Flamand @ Causeur:
Les formations belges voudraient interdire le parti "Islam" mais multiplient les concessions à l'islam 
En Belgique, le parti Islam, déjà fort de deux élus, propose à présent des candidats, en vue des élections communales de cette année, dans diverses municipalités fortement islamisées. Le programme est d’une simplicité confondante: remplacer l’ensemble des codes civil et pénal par la charia. Point.

Bien sûr, les réactions outrées des partis traditionnels, guère désireux de se faire piquer les voix des «nouveaux belges» qui ont souvent assuré leur survie, ne se sont pas fait attendre. De nombreux ténors, issus de toutes les formations politiques qui égayent la vie pluvieuse outre-Quiévrain, exigent son interdiction pure et simple. Interdire un parti politique? On se demande à quel titre un parti politique pourrait exiger l’interdiction de l’un de ses concurrents…

Le Parti socialiste pense avoir trouvé l’astuce en demandant l’interdiction des partis «liberticides». C’est assez amusant quand l’on sait que c’est justement le PS qui a proposé le plus de lois restreignant la liberté de choix, de parole, etc. Et qu’interdire à un parti de se présenter au suffrage de ses concitoyens, c’est en soi des plus « liberticides ». (...)

Mais peut-on interdire une religion? La Belgique, contrairement à la France, n’est pas un pays laïque, elle reconnaît et finance les cultes, y compris le culte musulman depuis juillet 1974. C’est à cette date que ceux qui se scandalisent aujourd’hui de l’émergence de ce parti reconnurent l’islam comme «religion» et décidèrent de l’enseigner dans les écoles. Mieux encore, depuis 2003, certains imams sont subventionnés afin de prêcher la charia et de rappeler chaque vendredi que les Juifs sont des singes, que les homosexuels doivent être mis à mort et que les femmes sont impures.
Lire l'article complet @ Causeur

Le blog de Sophie Flamand: Lettre d'humeur

lundi 16 avril 2018

Le Quatuor Notos proteste contre l'antisémitisme et la trivialisation de la Shoah

C'est devenu tellement rare qu'il convient de saluer le courage de ces jeunes musiciens allemands.

Pour les quatre musiciens du Quatuor Notos le prix Echo Klassik est devenu "un symbole de honte". Ils renoncent au prix qu'ils ont reçu en octobre 2017 en tant que Jeunes Artistes de l'Année. Ils entendent protester contre l'attribution du prix aux rappeurs Kollegah et Farid Bang.

Jusqu'à récemment, l'Echo Klassik était "le prix de musique le plus prestigieux et le plus important en Allemagne", écrit le Quatuor Notos sur sa page Facebook. Les membres se disent choqués du fait que le jury tolère et offre une plateforme à l'idéologie antisémite et aux moqueries des victimes de la Shoah. (Source: Berliner Morgenpost)


La Tribune Juive:

Kollegah et Farid Bang, célèbres rappeurs allemands ont reçu un prix jeudi soir mais sont au coeur d’une polémique pour propos antisémites.

La polémique enflait samedi en Allemagne autour de deux rappeurs accusés de « provocations antisémites » après des textes controversés sur l’Holocauste dans un album pourtant récompensé cette semaine par un prix musical.

Les rappeurs Kollegah et Farid Bang, figures de la scène rap allemande, ont reçu jeudi soir le prix Echo du meilleur artiste hip hop après avoir vendu en Allemagne plus de 200.000 exemplaires de leur dernier album. La cérémonie s’est tenue le 12 avril, date qui coïncide avec la célébration de la journée de la Shoah en hommage aux six millions de victimes juives​ du nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale.
Lire la suite

dimanche 15 avril 2018

Les sorties antisémites d'Alain, antisémite enragé, étaient connues de longue date des spécialistes


David Brunat est conseiller en communication et écrivain. Il revient sur sa lecture de l'essai de Michel Onfray, Solstice d'hiver. Alain, les Juifs, Hitler et l'Occupation (éd. de l'Observatoire, mars 2018).

Alain, Laval, Heidegger et les Juifs: même combat?
"(...) Ses sorties [d'Alain] antisémites étaient connues de longue date des spécialistes, de même que ses erreurs de jugement répétées pendant la guerre. Il n'empêche, pour le grand public qui ignorait tout de son Journal inédit, découvrir ces pages qui s'accordent si mal avec l'image qu'on avait de ce grand professeur bien sous tous rapports, de ce remarquable éveilleur intellectuel tant admiré de ses élèves, c'est un peu comme si l'on apprenait que Spinoza avait organisé un trafic d'esclaves, que Kant était cleptomane ou Hegel pédophile. Un choc. Une écœurante déception. Le sentiment d'avoir été trompé par un tuteur affable et bienveillant, par un éclaireur à qui l'on aurait donné le Bon Dieu des philosophes sans confession.

Et pourtant, les mises en garde sur la «part d'ombre», le manque de clairvoyance et l'ascendant intellectuel et politique potentiellement délétère de celui qui se prenait pour un extralucide avaient débuté tôt. Onfray enfonce le clou et referme le dossier, mais dès 1951, à la mort d'Alain, Jean-Toussaint Desanti publia un article retentissant au titre programmatique: Alain, professeur de lâcheté. Mieux, son ancien élève Raymond Aron écrivit en septembre 1941 dans La France Libre : «Alain a formé des générations de jeunes Français dans une hostilité stérile à l'État, dans une ignorance presque volontaire des dangers qui menaçaient la nation… Il a fécondé une sorte d'aveuglement volontaire (…), une sorte de grandiose absurdité à demi intentionnelle.»

C'est alors qu'on ne peut s'empêcher de penser, en lisant le livre d'Onfray, à Martin Heidegger. La publication du Journal inédit d'Alain joue le même rôle, n'en déplaise à leurs thuriféraires respectifs, que celui des Cahiers noirs pour le mage de la Forêt-Noire en 2014: un coup fatal à la réputation de sagesse, de mesure et d'absence de «passions tristes», et à la légende d'un antisémitisme «soft» et passager.  
Au-delà des différences abyssales - de pensée, de vie, de style, etc. - entre ces deux philosophes, comment ne pas déceler de troublantes analogies? Une même admiration pour Hitler. Une absence totale de regrets et de remords après la guerre quant à leurs engagements ou convictions passés. Un silence également absolu sur la Shoah. La même mauvaise foi de leurs «fans» respectifs, poussant les hauts cris dès qu'on ose toucher à un cheveu de leur idole. Et aussi, et surtout, un statut de gourou et une immense fascination (parfois mêlée de méfiance, il est vrai) exercée par ces deux intellectuels de haute stature sur leurs élèves ou disciples d'origine juive: Hannah Arendt, Hermann Cohen, Martin Buber, Karl Löwith, Herbert Marcuse, Derrida, etc. pour Heidegger; Simone Weil, Raymond Aron (qui, on l'a vu, prit rapidement ses distances), André Maurois, Michel Alexandre, etc. pour Alain.
Membre du NSDAP jusqu'en 1945, Heidegger n'en commit pas moins, au gré de sa riche vie extra-conjugale jalonnée de bonnes fortunes avec des étudiantes juives (Hannah Arendt, Elisabeth Blochmann…) nombre de «crimes contre la race», un péché capital dans l'idéologie nazie. Quant à Alain, antisémite enragé, il tint en très haute estime Simone Weil, qui, en retour, et quoique engagée dans la Résistance au mépris des inclinations capitulardes de son ancien professeur de khâgne, lui exprima jusqu'à sa mort en 1943 une vive admiration, au point de lui confier dans une lettre datée de mai 1941 avoir «une conscience extrêmement claire de tout ce que je vous dois» - ce qui ne constitue certes pas un mince hommage."
Lire l'article complet @ Figaro Vox

vendredi 13 avril 2018

Fiesta anti-sioniste dans une université belge (organisée par Michel Collon)

Une partie de l'imposant Gotha belge de la haine d'Israël mené par l'ineffable Michel Collon d'Investig’Action organise une millième fiesta "anti-sioniste" le 28 avril à Bruxelles.  Elle se tiendra à l'université VUB (Vrije Universiteit Brussel).

Un peu de background: Michel Collon déplore l'ignorance du Belge sur "Israël, l'Etat le plus raciste au monde". Pour Alain Soral les antisionistes belges sont des faux-culs (Jean Bricmont, Michel Collon, Olivier Mukuna et Souhail Chichah). Sur les attentats de Charlie Hebdo, Collon a déclaré: "les frères Kouachi ont été armés par Fabius".

Dans la galaxie Dieudonné
Michel Collon (à droite) avec Dieudonné et Thierry Meyssan
Source: Confusionnisme: S'informer sur Michel Collon
Collon lance une alerte le 9 avril:
"Le lobby pro-Israël a tout fait pour empêcher cet événement d'avoir lieu. Il va essayer d'étouffer l'info. A vous de faire la différence! Aidez-nous à mobiliser! Israël craint BDS, il veut pouvoir continuer à coloniser et massacrer en toute impunité. A nous de l'arrêter! Michel Collon"

#Philistine #Palestine VUB

1948 – 2018 - Comment être solidaires des Palestiniens ?

Saturday, April 28 at 11 AM - 4 PM - VUB Aula Q, 1050 Brussels, Belgium

A l'occasion du 70e anniversaire de la Nakbah, une journée de réflexion, partage et arts contre l'apartheid israélien.

DÉBATS autour des différents volets de la campagne internationale Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS):

Michel Collon interrogera Salah Salah (Conseil National Palestinien), Hamdan Al Damiri (Pal), Ronnie Barkan (Isr), Lieven De Cauter, Charlotte Kates (USA), Olivia Zemor (F), Nordine Saïdi, Nadia Boumazough, Myriam De Ly, Hanne Bosselaers, Mick Napier (G-B), Mireille Gabrelle (F), Carmen Claessen, Fire Gym, John Tymon (G-B), Football against Apartheid (G-B), Dirk De Block, Sarah Turine, Jamal Ikazban, Javier Couso (Es), David Cronin (Irl), Adri Nieuwhof (NL), Antonio Cocciolo, Barend Claessens, Youssef Chihab, José Luis Moraguez (F), Saadia Benfakha (F), Silvano Falessi (It) Muriel Jacoub (F), Michel Staszewski, Alexis Deswaef, Mario Franssen, Lieve Franssen

FILM : Projection en avant-première de LA CLEF DU SOL en présence de Muriel Jacoub, la réalisatrice

MUSIQUE ET DANSES : Raj’een Dabkeh group, Houssem Ben El Kadhi & Carlo Strazzante, Dyna Miite, Les Darwich

POÉSIE : Bissan Ahmed, Michèle Hicorne, Milady Renoir

EXPOSITION : Iyad Sabbah

Stands d’associations - Produits palestiniens solidaires - Petite restauration

Organisateurs : Investig'Action, ABP Liège - Association belgo-palestinienne - Liège, Communauté palestinienne Belgique-Luxembourg asbl, Comité Palestine Verviers, Samidoun réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens, Plate-Forme Charleroi-Palestine, Association France Palestine Solidarité Nord – Pas de Calais

ENTRÉE GRATUITE !

- Le conspirationniste belge Michel Collon chassé de la Bourse du Travail de Paris
- Michel Collon publie un livre anti-Israël adapté au "niveau du public" européen
-